La CSG n'est plus exigée sur les plus-values immobilières des non-résidents

Dans son communiqué du 19 novembre 2015, L'administration prescrit à ses services de ne plus appliquer les prélèvements sociaux sur les plus-values immobilières des personnes affiliées à un régime social d'un autre Etat européen ou en Suisse.

Marion Chapel-Massot, Responsable Gestion Privée EQUANCEDossier suivi par Par Marion Chapel-Massot, Responsable Gestion Privée EQUANCE

L'administration a récemment précisé le champ et les modalités de restitution des prélèvements sur les revenus du capital condamnés par la jurisprudence communautaire à laquelle s'est rallié le Conseil d'Etat.

Elle indique maintenant sur son site www.impots.gouv.fr avoir prescrit le 22 octobre 2015 aux services territoriaux de publicité foncière et d'enregistrement de ne plus exiger désormais la liquidation des prélèvements sociaux sur les plus-values immobilières dans les hypothèses visées par ces décisions. Sont ainsi concernées les personnes qui, quelle que soit leur nationalité et leur lieu de résidence, sont affiliées à un régime de sécurité sociale d'un pays autre que la France situé dans l'Espace économique européen ou en Suisse.

Les services n'exigent aucun justificatif d'affiliation à l'appui du dépôt de la déclaration de plus-values.

On rappelle que l'article 15 du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 en cours d'examen par le Parlement vise à mettre les prélèvements sociaux en conformité avec le droit européen par le biais d'un changement d'affectation budgétaire.

A noter qu'un amendement adopté par le Sénat contre l'avis du Gouvernement supprimerait l'imposition des revenus fonciers et plus-values immobilières des non-résidents.

Affaire à suivre…

Pour en savoir plus, vous pouvez nous contacter par email : contact@equance.com ou consulter notre carte des représentations pour être mis en contact avec le consultant le plus proche de chez vous : "Nos représentations".

Commenter l'article

Les commentaires publiés sur ce blog sont modérés selon la Charte de publication.
Pour toute question veuillez contacter la Rédaction.